Retour aux 5 étapes
< Retour à la page précédente
Retour aux 5 étapes
Publication : 23 septembre 2020
La licence sciences pour la santé associe les sciences fondamentales et celles de la santé. L’objectif de cette filière n’est pas de former des professionnels du soin (comme les médecins) mais des scientifiques évoluant dans le secteur de la santé.
Jeune femme au microscope

Quel accès ?

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : les bacheliers généraux disposant de compétences scientifiques sont les plus nombreux. Pour candidater, il faut avoir répondu à un questionnaire d'auto-évaluation disponible sur le site Terminales.

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : pour ceux qui ont déjà effectué 1 ou 2 années d’études supérieures, par exemple une classe prépa scientifique.

Les attendus

Pour chaque mention de licence, une liste des connaissances et des compétences nécessaires pour réussir dans la filière a été établie, ce sont les attendus.

Ils permettent au futur étudiant de connaître le contenu et les exigences de la formation afin de formuler des vœux éclairés sur Parcoursup, la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

Pour connaître les attendus de cette mention : Fiche formation licence sciences pour la santé.

Au programme

La L1 est pluridisciplinaire, associant principalement les sciences fondamentales (biologie, chimie, biochimie, physique, mathématiques) et les sciences de la santé (pharmacologie, anatomie, toxicologie...). L’objectif est d’acquérir un solide socle de connaissances scientifiques et de mûrir son orientation.

Après ce tronc commun, les enseignements deviennent de plus en plus spécifiques : mathématiques appliquées aux sciences, enzymologie et métabolisme, physique des ondes, génétique, transformations physiques et chimiques, microbiologie, biologie de la cellule, biochimie des aliments, physiologie cellulaire, risques biologiques et toxiques pour la santé, etc.

Sont également prévus la culture générale scientifique (théories au travers de l’histoire des sciences et de la bioéthique, spectroscopie, par exemple), l’anglais, les cours de technologies de l’information et de la communication.

Des parcours de spécialisation sont proposés le plus souvent en L3, à choisir en fonction de son projet professionnel : biologie de l’alimentation, chimie, nutrition, maintenance biomédicale, pharmacologie, entre autres.

Et après ?

Après 2 à 4 semestres validés, possibilité de préparer une licence professionnelle dans les domaines de la qualité, de l'hygiène, de la sécurité ou de la santé (industrie du médicament, hôpitaux, biotechnologies, etc.).

Après une L3 validée, la plupart des diplômés poursuivent en master (en 2 ans), en fonction de leur parcours et de leur projet : nutrition, sciences du médicament, toxicologie et éco-toxicologie, neurosciences, immunologie, économie de la santé, risques et environnement, qualité-hygiène et sécurité, par exemple.

Les titulaires d’une L2 ou d’une L3 peuvent aussi candidater, sur concours ou sur dossier et entretien, en écoles d’ingénieurs, notamment celles proposant un cursus dans les domaines de la santé ou de la biologie.