Retour aux 5 étapes
< Retour à la page précédente
Retour aux 5 étapes

Sommaire du dossier

Les licences de sciences

La licence sciences de la vie et de la Terre

Publication : 23 septembre 2020
Écologie, environnement, biodiversité, géologie, santé... la licence sciences de la vie et de la Terre peut prendre des orientations diverses selon les universités. En facteur commun, le goût pour une approche pluridisciplinaire et pratique, avec notamment du travail en laboratoire ou sur le terrain.

Quel accès ?

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : les bacheliers généraux disposant de compétences scientifiques sont les plus nombreux. Pour candidater, il faut avoir répondu à un questionnaire d'auto-évaluation disponible sur le site Terminales.

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : pour ceux qui ont déjà effectué 1 ou 2 années d’études supérieures, notamment une classe prépa scientifique.

Les attendus

Pour chaque mention de licence, une liste des connaissances et des compétences nécessaires pour réussir dans la filière a été établie, ce sont les attendus.

Ils permettent au futur étudiant de connaître le contenu et les exigences de la formation afin de formuler des vœux éclairés sur Parcoursup, la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur.

Pour connaître les attendus de cette mention : Fiche formation licence sciences de la vie et de la Terre.

Au programme

Les universités proposent souvent une entrée en matière sous la forme d’un portail pluridisciplinaire associant notamment la biologie, les sciences de la Terre, la physique et/ou la chimie. L’objectif est d’acquérir un solide socle de connaissances scientifiques et de mûrir son orientation dans l’une ou l’autre discipline.

Le programme aborde en général les notions de base en sciences de la vie (biologie cellulaire et moléculaire, biologie animale et végétale, microbiologie, biochimie, etc.) et en sciences de la Terre (géologie, écologie, climatologie, etc.). Il comprend aussi des outils mathématiques et informatiques nécessaires aux SVT, ainsi que de l'anglais général et scientifique.

Des parcours de spécialisation sont proposés, à partir de la L2 ou de la L3, à choisir en fonction de l'offre de formation et de son projet professionnel : agrosciences, biologie-environnement, biologie-santé, chimie-biologie, biodiversité et écologie, environnement et géosciences, etc. Les enseignements dépendront alors du parcours suivi.

Occupant une place importante, la méthodologie porte, selon l'orientation du parcours, sur le traitement de données, la rédaction de rapports, les techniques du microscope, l'observation de minéraux et roches, l'analyse descriptive des échantillons ou encore l'utilisation des cartes géologiques.

Les étudiants sont incités à faire des stages facultatifs et un stage obligatoire est souvent prévu en fin de licence, en entreprise, en laboratoire, etc.

Et après ?

Après 2 à 4 semestres validés, possibilité de préparer une licence professionnelle en biologie, sciences de la Terre, environnement, qualité, sécurité, etc.

Après une L3 validée, la plupart des diplômés poursuivent en master (2 ans), en fonction de leur parcours et de leur projet, dans les domaines de la vie, de la Terre, de la santé, de l'environnement, de l'enseignement, etc.

Les titulaires d’une L2 ou d’une L3 peuvent intégrer une école d’ingénieurs, via les admissions parallèles. Le recrutement s’effectue sur concours, ou sur dossier et entretien. Possibilité aussi, selon le parcours suivi, de présenter les concours des écoles vétérinaires.